Bonne conduite sur autoroute

Bonne conduite sur autoroute

Par son comportement, chacun de nous peut contribuer à fluidifier le trafic et à améliorer la sécurité routière sur l’autoroute.

S'inscrire à la newsletter

S'inscrire à la newsletter

AutorouteRègles de base

Entrée d’autoroute

Les véhicules qui circulent sur l’autoroute ont la priorité sur ceux qui s’y engagent. Un déplacement sur la voie de gauche pour faciliter l’entrée à des véhicules n’est pas judicieux. Il peut même s’avérer dangereux, notamment pour les usagers circulant sur la voie de dépassement. De plus, cette manœuvre laisse supposer que le véhicule qui s’engage est prioritaire et tend à ancrer de fausses pratiques.

Comment s’engager sur l’autoroute ?

  • Sur la voie d’accélération, gardez la distance de sécurité avec les autres usagers et accélérez pour adapter votre vitesse à celle des véhicules circulant sur l’autoroute.
  • Observez le trafic au moyen du rétroviseur gauche et tournez la tête afin de vérifier l’angle mort.
  • Dès qu’un espace adéquat se présente, revérifiez l’angle mort.
  • N’enclenchez les indicateurs de direction de gauche que lorsque vous avez la possibilité de vous déplacer. Une utilisation prématurée des indicateurs de direction peut laisser supposer que vous n’avez pas remarqué la présence d’un usager, lequel peut réagir de façon disproportionnée.
  • Insérez-vous dans le trafic. Si vous n’y êtes pas parvenu en raison d’une forte densité du trafic, ne vous arrêtez pas à la fin de la voie d’accélération. Au besoin, roulez encore quelques mètres sur la bande d’arrêt d’urgence, pour autant que celle-ci soit libre, afin de trouver un espace permettant de vous intégrer sans risque.
  • N’oubliez pas de déclencher les indicateurs de direction.

Voie de circulation

Circulez normalement sur la voie de droite et n’empruntez la voie de gauche que pour dépasser. Ne restez pas sur la voie de gauche après le dépassement. En effet, dès que l’espace est suffisant, réintégrez la voie de droite. Sur les autoroutes à trois voies, le même principe s’applique. La voie du milieu et celle de gauche sont destinées uniquement au dépassement. Là aussi, roulez sur la voie de droite quand vous ne dépassez pas.

Sur certains tronçons d’autoroute, il est possible d’utiliser la bande d’arrêt d’urgence comme voie de circulation. Si tel est le cas, les mêmes règles s’appliquent. A ce moment, la bande d’arrêt d’urgence doit être utilisée afin de favoriser la fluidité du trafic. Encore trop nombreux sont les usagers poursuivant leur route sur la voie centrale, provoquant ainsi des comportements inappropriés de la part de certains conducteurs. Peu avant la fin du tronçon, des signaux lumineux indiquent généralement quand il faut quitter la bande d’arrêt d’urgence et réintégrer la voie de droite.

Vitesse

Principales limitations de vitesse sur les autoroutes en Suisse :

  • 80 km/h pour les camions (véhicules lourds) ainsi que tous les véhicules avec remorque (trains routiers)
  • 100 km/h pour les autocars et les voitures d’habitation lourdes (camping-car)
  • 120 km/h (limite générale) pour les autres usagers

Adaptez toujours votre vitesse aux circonstances, aux conditions de la route et à la visibilité. Ne roulez à la vitesse maximale autorisée que si vous êtes en mesure de vous arrêter sur la distance visible.

Distance de sécurité

Ne « collez » pas au véhicule qui précède. Respectez la distance de sécurité. Pour rappel, un intervalle de sécurité suffisant entre deux véhicules correspond à une distance parcourue en 2 secondes. Pour vérifier l’intervalle, prenez un repère visuel sur le bord de la route (balise, signal, arbuste, etc.) et, dès que le véhicule devant vous a passé ce jalon, comptabilisez le délai avant que vous le franchissiez à votre tour. Si le délai est inférieur à 2 secondes, augmentez la distance de sécurité. Augmentez cette distance en cas de mauvais temps.

Respectez toujours une distance de sécurité de deux secondes au moins, ou même davantage avant les entrées d’autoroute, afin de faciliter l’insertion aux autres véhicules.

Dépassement

Faites attention à l’angle mort. Signalez tout changement de voie, également lorsque vous vous rabattez. En changeant de voie, vous n’avez pas la priorité et devez bénéficier d’un espace suffisant pour effectuer une telle manœuvre, ceci afin de ne pas gêner d’autres usagers. Rabattez-vous dès que le véhicule dépassé apparaît dans le rétroviseur intérieur.

Ne dépassez jamais par la droite. En cas de colonnes sur les deux voies ou quand des directions différentes sont affichées pour chacune des voies, vous pouvez « devancer » par la droite.

Devancement par la droite

En cas de circulation en files parallèles, soit lorsque le trafic est de forte densité sur toutes les voies et que la vitesse maximale ne peut être atteinte (ralentissement), il est permis de poursuivre sa route sur la voie de droite et de devancer les véhicules circulant sur la voie de gauche. Il est important de préciser que cette manœuvre s’effectue sans accélération et sans changer de voie.

A l’inverse, il est strictement interdit de contourner des véhicules par la droite, c’est-à-dire de se déplacer sur la voie de droite pour contourner un ou des véhicules et de revenir sur celle de gauche. Un contournement est passible d’un retrait du permis de conduire.

Tunnel

Si vous roulez avec des feux de jour, passez en mode feux de croisement afin d’allumer également les feux arrière.

Ne faites pas demi-tour en cas de panne ou d’accident dans un tunnel. Allumez les feux clignotants avertisseurs (feux de détresse), arrêtez votre véhicule à l’endroit le plus approprié, soit sur la bande d’arrêt d’urgence ou le plus à droite possible. Coupez le moteur. En cas d’accident, quittez prudemment le véhicule et laissez la clef dans le contact. Informez les secours en utilisant un téléphone de secours. En règle générale, en décrochant un téléphone de secours, la signalisation lumineuse du tunnel s’enclenchera automatiquement et signalera ainsi le danger aux autres usagers. Donnez les premiers soins aux blessés si besoin. Pour des raisons de sécurité, il est déconseillé d’utiliser le triangle de panne dans un tunnel.

De même, ne faites pas demi-tour en cas de feu dans un tunnel. Si votre propre véhicule a pris feu, essayez de rouler jusqu’à la sortie. Si vous êtes derrière un véhicule en feu, agissez comme mentionné ci-dessus (arrêtez-vous sur la bande d’arrêt d’urgence ou le plus à droite, coupez le moteur et laissez la clé sur le contact).

Autoroute à trois voies

Sur les autoroutes comportant trois voies pour la même direction, seuls les véhicules autorisés à rouler à plus de 100 km/h peuvent utiliser la voie de gauche, ceci afin d’assurer la fluidité du trafic.

Sortie d’autoroute

Renoncez à dépasser avant de quitter l’autoroute. Rangez-vous sur la voie de droite, au plus tard à 500 mètres avant la sortie. Signalez suffisamment tôt votre intention de quitter l’autoroute, soit environ 250 mètres avant la sortie. Afin de ne pas perturber la fluidité du trafic, le véhicule qui quitte l’autoroute ne ralentira pas avant de s’être déplacé sur la voie de décélération (sortie).

Situations de ralentissement

Embouteillage

Lors d’un fort ralentissement du trafic, avertissez les conducteurs qui vous suivent en enclenchant les feux clignotants avertisseurs (feux de détresse) dès que les véhicules devant vous ralentissent. Utilisez toutes les voies disponibles jusqu’à la hauteur du rétrécissement. Anticipez un couloir libre pour le passage éventuel des secours.

Chantiers

Réduisez votre vitesse à l’approche d’un chantier. Observez le marquage (lignes jaunes – orange) ainsi que la signalisation provisoires et surtout maintenez la distance de sécurité. Évitez les changements de voie et les dépassements. En cas de voie rétrécie, roulez de façon décalée : jamais deux véhicules l’un à côté de l’autre à la même hauteur.

Que faire en cas d’accident ?

Si vous êtes impliqué dans un accident, dirigez immédiatement votre véhicule vers la bande d’arrêt d’urgence ou à un endroit approprié, ceci pour autant qu’il puisse encore rouler. Enclenchez les feux clignotants avertisseurs (warnings) et placez votre signal de panne à environ 100 mètres, sur le bord droit de la bande d’arrêt d’urgence.

Si vous êtes témoin d’un accident ou que vous arrivez peu après, arrêtez-vous sur la bande d’arrêt d’urgence pour porter secours. Assurez la sécurité des lieux de l’accident à l’aide du triangle de panne. Mettez si possible les blessés à l’abri en dehors de la chaussée et veillez à votre propre sécurité. Alertez la police qui elle-même informera les secours. Prenez soin des blessés en attendant les secours.

Véhicules de secours

Lors d’un ralentissement du trafic, anticipez un couloir libre pour l’éventuel passage des véhicules de secours. Les usagers de la voie de droite se serreront sur le bord, sans empiéter sur la bande d’arrêt d’urgence. Ceux qui utilisent la voie de dépassement se déplaceront le plus possible à gauche. Sur des autoroutes à trois voies, l’espace libre se situera entre la voie du milieu et celle de gauche.

Fermeture des voies de circulation

Une fermeture de voie est la conséquence de travaux d’entretien, d’une panne, d’un accident ou d’une situation particulière sur la chaussée. Dans ce cas, il est conseillé d’appliquer le principe de la « fermeture éclair » afin que tous les véhicules puissent se rabattre sur la voie ouverte à la circulation, sans forcer le passage mais en respectant la priorité de ceux qui s’y trouvent déjà. Le fair-play est de mise.

Lors de travaux d’entretien, il arrive que la voie de gauche soit fermée à la circulation et qu’une signalisation lumineuse invite les usagers à maintenir les deux voies de circulation, tout en empruntant la bande d’arrêt d’urgence. Respectez cette indication et, pour les véhicules circulant sur la voie de droite, empruntez la bande d’arrêt d’urgence. Ainsi, la fluidité du trafic sera maintenue.

Amendes d’ordre

Vous obtiendrez la liste exacte des amendes d’ordre en matière de contraventions aux prescriptions de la circulation sur les autoroutes en consultant l’Ordonnance sur les amendes d’ordre.

Si l’infraction commise n’est pas indiquée dans la liste des amendes d’ordre, il s’agit alors d’une dénonciation, laquelle sera sanctionnée par une amende et un éventuel retrait du permis de conduire.

Brochures

« Guide des bonnes pratiques sur autoroute » de l’Office fédéral des Routes (OFROU)

« L’autoroute » du Touring Club Suisse (TCS)

En panne : comment réagir ?

En panne : comment réagir ?

Vous êtes en panne ? Bien que nos véhicules subissent des contrôles réguliers, une panne ou une crevaison n’arrivent pas qu’aux autres.

S'inscrire à la newsletter

S'inscrire à la newsletter

En panneQue faire en cas de panne ?

Comme l’exige notre législation, il incombe au conducteur que son véhicule soit en parfait état d’entretien, notamment quant à l’éclairage ou aux pneumatiques et qu’il réponde aux prescriptions en matière d’équipement obligatoire. Quoi qu’il en soit, une panne ou une crevaison sont des évènements involontaires qu’il n’est généralement pas possible d’anticiper. Il est donc important de réagir de façon pragmatique et sécuritaire lors d’une telle mésaventure.

Trouvez un endroit offrant un maximum de sécurité

Il n’est pas évident de repérer un endroit adapté. En effet, des places d’évitement offrant une sécurité optimale ne sont pas fréquentes sur nos routes. Toutefois, dès que vous constatez que votre véhicule dysfonctionne ou qu’une crevaison vient de se produire, poursuivez votre route, dans la limite des possibilités, afin de trouver l’endroit le plus sécuritaire.

Sur l’autoroute, tentez de joindre la prochaine sortie, de quitter un tunnel ou d’immobiliser votre véhicule sur la bande d’arrêt d’urgence. Quittez l’habitacle de votre véhicule et réfugiez-vous derrière un élément de sécurité (glissière, muret, etc.).

En panne, utilisez les places d'évidement.

Garantissez votre propre sécurité et celle des autres

Lorsque votre véhicule est immobilisé, signalez sa position aux autres usagers en enclenchant les feux clignotants avertisseurs (feux de détresse ou warning) et, de nuit, en maintenant l’éclairage en fonction.

Placez rapidement le signal de panne derrière votre véhicule. Ce dernier sera disposé au bord de la chaussée, à 50 mètres du lieu de la panne. Sur l’autoroute, il sera mis sur la partie droite de la bande d’arrêt d’urgence, à 100 mètres au moins du véhicule (sur l’autoroute, utilisez comme repère les balises noires et blanches, lesquelles sont espacées de 50 mètres).

Triangle de panne

Bien que le gilet de sécurité (jaune ou orange) ne soit pas obligatoire en Suisse, à l’inverse d’une multitude d’autres pays de l’Union européenne, il est toutefois fortement conseillé d’en disposer et de le revêtir le cas échéant.

Faites appel aux secours

Si vous êtes dans l’incapacité de remédier seul à la panne ou que le véhicule représente un danger pour la circulation, faites rapidement appel au secours routier au numéro 140 ou aux services d’urgences (117 pour la Suisse ou 112 pour l’Europe). Transmettez un maximum d’informations à votre interlocuteur, en l’occurrence votre localisation précise, l’immatriculation, la marque de votre véhicule et le genre de panne.

Sur l’autoroute, n’hésitez pas à utiliser le téléphone de secours (borne SOS orange) pour que l’opérateur trafic vous localise facilement. Pour atteindre la borne SOS la plus proche, fiez-vous à la signalisation ci-contre, placée sur les balises noires et blanches.

Panneau de téléphone de secours

Remorquage

Selon la nature de la panne, il est possible de procéder à un remorquage. Pour ce faire, on utilisera une barre de remorquage (max. 5 mètres) ou une corde (max. 8 mètres), signalée à son milieu. Pour effectuer une telle manœuvre, la vitesse maximale est limitée à 40 km/h. Un signal de panne doit être placé à l’arrière des véhicules remorqués. Dans la mesure du possible, l’éclairage devrait être enclenché. Quant aux feux clignotants avertisseurs (feux de détresse), ils doivent être éteints afin de signaler correctement vos changements de direction.

Sur l’autoroute, le remorquage s’effectuera à la même allure, sur la voie droite, au maximum jusqu’à la prochaine sortie. Les feux clignotants avertisseurs peuvent être enclenchés lors de cette manœuvre, jusqu’au terme de la voie de sortie uniquement.

Remorquage entre deux véhicules

Bonne conduite dans un giratoire

Bonne conduite dans un giratoire

Tous les usagers de la route doivent connaître les règles de circulation qui sont propres aux giratoires, toujours plus nombreux en Suisse.

S'inscrire à la newsletter

S'inscrire à la newsletter

Giratoire

Une intersection particulière

En regard de l’art. 1 al. 8 de l’ordonnance sur les règles de la circulation routière (OCR), les intersections constituent des croisées, des bifurcations ou des débouchés. Le carrefour à sens giratoire représente, quant à lui, une intersection particulière selon le Tribunal fédéral. Pour en simplifier sa compréhension, le carrefour à sens giratoire est constitué d’une succession de débouchés. Son objectif est d’augmenter la sécurité du trafic et de le fluidifier. Seules quatre règles fixent le comportement adéquat à adopter dans un carrefour à sens giratoire, ceci en vertu de l’art. 41 let. b OCR. Il s’agit de :

  • Ralentir à l’approche d’un carrefour à sens giratoire
  • Accorder la priorité aux véhicules qui surviennent de la gauche
  • Indiquer l’intention de quitter le giratoire
  • Circuler à droite (seuls les cycles peuvent déroger à cette obligation)

Relevons qu’il est tout de même conseillé (mais pas obligatoire), dans un giratoire à une voie, d’indiquer à gauche lorsque plus de la moitié du giratoire est parcourue. A l’inverse, si vous quittez le giratoire à la première sortie, indiquez à droite suffisamment tôt. Cela permettra bien évidemment de fluidifier le trafic, notamment pour les usagers se trouvant à droite.

Giratoire à deux voies, une difficulté supplémentaire ?

La difficulté principale survient dans un giratoire à deux voies. En effet, les usagers ne comprennent pas forcément quelle voie emprunter. Pour appréhender et comprendre le fonctionnement d’un giratoire à deux voies, il suffit simplement de le déplier comme l’image ci-dessous :

Giratoire à deux voies

 

Comment conduire dans un giratoire à deux voies ? Comme vous le feriez sur cette route.

En déployant cette intersection, il apparaît que cette dernière est constituée de deux voies de circulation pour la même direction. Or, selon l’art. 8 OCR, les conducteurs suivront la voie droite (voie extérieure), sauf pour dépasser, se mettre en ordre de présélection (ce qui n’existe généralement pas dans un giratoire), lorsque le trafic s’écoule en files parallèles (ralentissement du trafic) ou à l’intérieur des localités. Au vu de ce qui précède, n’empruntez la voie intérieure (gauche) du giratoire qu’à l’intérieur des localités ou pour dépasser !

Relevons que, pour effectuer un changement de voie à l’intérieur d’un carrefour à sens giratoire, aucun danger ne doit en résulter et celui-ci doit être effectué avec égards envers les autres usagers de la route, comme le mentionnent les art. 34 al. 3 et 44 al. 1 de la loi fédérale sur la circulation routière (LCR). Dès lors, celui qui effectue un changement de voie à l’intérieur du giratoire n’est pas prioritaire !

Le rôle des flèches de présélection

Les flèches de présélection (OSR 6.06) tracées avant un carrefour à sens giratoire sont uniquement destinées à fluidifier le trafic et servent « d’indication ». En effet, en tenant compte de l’art. 74 al. 2 de l’ordonnance sur la signalisation routière (OSR), le conducteur ne peut traverser les intersections que dans la direction des flèches de présélection marquées sur la voie de circulation. Or, le signal « carrefour à sens giratoire » (OSR 2.41.1), selon l’art. 24 al. 4 OSR, indique la direction du mouvement à suivre (antihoraire), ce qui peut être contradictoire avec les flèches tracées au sol, raison pour laquelle ces dernières sont présentes uniquement à titre indicatif. Nous préconisons cependant de respecter les flèches de présélection, ceci pour fluidifier le trafic et bien évidement éviter des accidents de la circulation.

En conclusion, à l’approche d’un carrefour à sens giratoire, le conducteur doit ralentir son allure, accorder la priorité aux véhicules qui surviennent de sa gauche, tenir la voie extérieure (sauf pour dépasser) et, finalement, indiquer son intention de quitter l’ouvrage suffisamment tôt. En cas de circulation sur la voie intérieure, le conducteur devra prendre toutes les précautions nécessaires pour changer de voie, perdant dès lors la priorité !

Conduite en automne

Conduite en automne

Si l’automne prend parfois des allures de carte postale, cette saison laisse aussi place à quelques obstacles en matière de conduite.

S'inscrire à la newsletter

S'inscrire à la newsletter

Modification de la luminosité

En automne, le soleil est rasant en fin de journée lorsqu’il décline à l’horizon. Sa puissante lumière a tendance à gêner le conducteur qui focalise son regard sur la route, à courte distance. Dès lors, il lui est plus délicat de contrôler des éléments éloignés ou survenant sur la gauche ou la droite de son champ de vision. Il est donc recommandé de porter des lunettes de soleil pour éviter d’être aveuglé, de faire usage du pare-soleil et d’adapter son allure.

Comme l’environnement de la ville est constitué de nombreux obstacles et d’une forte densité d’usagers de la route, il faut redoubler de vigilance en zone urbaine. Il est aussi nécessaire de faire particulièrement attention hors des localités, où le soleil rasant est plus puissant.

Pluie

Les pluies d’automne peuvent être abondantes et dangereuses. Cela provoque un déficit d’adhérence pour les pneus, ce qui risque d’augmenter les distances de freinage ou d’entraîner de l’aquaplanage. Il est ainsi obligatoire de bien respecter les distances de sécurité pour prévenir tout accident. La pluie peut aussi obstruer votre visibilité et donc gêner votre capacité de réaction. Ralentissez si vous voyez des flaques d’eau et faites bien attention à l’état de la route. Enclenchez les feux de croisement de votre véhicule en cas de pluie, même fine.

Brouillard

L’automne entraîne aussi une longue période de brumes et de rosées. Le matin, prenez soin d’allumer vos phares en cas de brouillard, de brume ou de pluie. En effet, l’utilisation diurne des feux de circulation (position automatique !) n’est pas suffisante en cas de mauvaise visibilité. Ce phénomène survient dans les plaines et autour des montagnes, des forêts ou des lacs. Si la brume est très dense et que la visibilité est considérablement réduite, n’hésitez pas à utiliser les feux de brouillard avant et/ou arrière pour votre sécurité et celle des autres automobilistes. N’oubliez toutefois pas de les éteindre dès que vous apercevez le véhicule qui vous précède ou celui qui vous suit, ceci pour ne pas gêner leurs conducteurs.

Feuilles mortes

Alors que les grands axes fréquentés sont en général dégagés avec peu de risques, le trafic chassant les feuilles, le réseau secondaire est, lui, plus exposé au phénomène. Sans nul doute, vous devez être le plus prudent lors de la traversée d’une zone boisée. Toutefois, la traversée d’un axe ou d’une simple rue bordée d’arbres nécessite aussi certaines précautions. Faites également attention à l’accumulation possible de feuilles mortes dans les virages, une zone où l’adhérence des pneus est primordiale.

Même si la chaussée est sèche, après une période de pluie, cette couche de feuilles conserve facilement l’humidité et réduit l’adhérence en créant une « pellicule mobile » entre vos pneus et la route. Ce phénomène peut être accentué si ces feuilles mortes stagnent depuis plusieurs jours et se dégradent en formant une sorte de « bouillie » glissante, laquelle s’introduit dans la sculpture du pneu. Adaptez votre vitesse à l’état de la chaussée !

Activité accrue d’animaux sauvages

Au cours de l’automne, les accidents dus au gibier sont courants au crépuscule. Les passages fréquents d’animaux sauvages sont indiqués par des panneaux de signalisation : réduisez votre vitesse. Si des animaux se trouvent sur la route, freinez, passez aux feux de croisement et klaxonnez s’il le faut. Ne faites pas d’embardée. S’il y a malgré tout collision, sécurisez le lieu de l’accident. Le conducteur doit immédiatement signaler un accident impliquant du gibier et commet une infraction s’il ne le fait pas. Appelez la police et attendez la venue des policiers ou du garde-chasse. Si l’animal est blessé, ne vous approchez pas de lui afin d’éviter de le stresser encore plus.

Conseils du TCS sur la conduite en toute sécurité en automne

Règles de circulation

Règles de circulation

Tous les éléments participant à la circulation routière fournissent des informations permettant à chacun d’orienter sa conduite en fonction d’eux.

S'inscrire à la newsletter

S'inscrire à la newsletter

Règles de circulationConseils de prévention routière

Pour éviter non seulement des accidents mais aussi des sanctions pénales ou des mesures administratives, il est donc nécessaire de connaître l’ensemble des règles relatives à la circulation.

Nos conseils de prévention routière, non exhaustifs, portent sur certaines thématiques spécifiques. Ils s’adressent aux conducteurs de véhicules motorisés tout comme aux autres usagers de la route.

En effet, les conducteurs de véhicules motorisés doivent conserver une distance de sécurité suffisante. Il leur faut aussi savoir comment se comporter sur les routes de montagne et réagir en cas de panne. Cependant, la conduite dans un giratoire, la traversée de passages à niveau,  l’utilisation d’engins électriques et non-électriques, le bon comportement à adopter dans les zones de rencontre (20 km/h) et les zones 30 ainsi que lors de la rencontre avec des cavaliers concernent également d’autres usagers de la route.

Chaque saison de l’année comporte des risques spécifiques pour la conduite. Ainsi, il faut adapter cette dernière aux conditions climatiques, que ce soit au printemps, en été, en automne ou en hiver. A l’approche de la saison froide, il est fortement recommandé d’équiper son véhicule de pneus neige. De même, en hiver, il faut dégivrer systématiquement celui-ci. Enfin, malgré un entretien sur les routes et les autoroutes assuré, il faut malgré tout se montrer prudent.