Littering

Littering

Fait de jeter ou d'abandonner de petites quantités de déchets sur la voie publique, le littering dérange tout le monde et présente un coût élevé.

S'inscrire à la newsletter

S'inscrire à la newsletter

Littering Littering Causes du littering

Les causes du littering sont de nature diverse. Ainsi, les lieux publics, tels que la nature, sont davantage investis. De nombreuses activités jusqu’alors effectuées dans l’espace privé le sont maintenant dans l’espace public, comme pique-niquer dans un parc à midi ou rencontrer des amis au bord d’un lac le soir. Le manque de contrôle social dans les lieux publics constitue une autre cause du littering car l’anonymat favorise l’abandon de déchets, phénomène qui peut encore être renforcé par l’effet de groupe. Ici, les valeurs personnelles de chacun jouent un rôle important. En effet, les objets auxquels on attache un grand prix ne sont pas abandonnés sur la voie publique et moins de déchets sont retrouvés dans les lieux appréciés par la population.

Par ailleurs, le phénomène du littering n’apparaît pas partout au même moment ni dans les mêmes proportions. Par exemple en été, lorsque les soirées sont longues, les espaces de détente sont davantage souillés que les lieux de passage.

Impacts du littering

Les impacts du littering peuvent être classés dans trois catégories : esthétiques, écologiques et économiques.

  • Impacts esthétiques : la propreté représente un aspect important de la qualité de vie et de l’image d’une ville ou de tout autre espace public. De la sorte, le littering dérange d’un point de vue esthétique et nuit à la qualité des lieux publics.
  • Impacts écologiques : les déchets abandonnés sur la voie publique ne peuvent pas être réintroduits dans le cycle des matières et ne peuvent donc pas faire l’objet d’une valorisation. Il faut alors acquérir et traiter de nouvelles ressources, ceci avec tous les impacts environnementaux que cela comporte. En outre, le littering constitue également une menace pour la faune et la flore.
  • Impacts économiques : le littering coûte cher. Ainsi, le nettoyage (effectué à 75% dans les espaces publics) revient à environ 200 millions de francs chaque année en Suisse. De plus, des coûts élevés pour les mesures de prévention et les campagnes d’information s’ajoutent à celui-ci. Le littering cause également des dommages au niveau socio-économique, comme par exemple dans le domaine du tourisme.

Un comportement amendable

Si les cantons, les villes et les communes sont responsables de la propreté de leurs espaces publics et qu’ils doivent mettre à disposition la structure nécessaire à celle-ci, il n’en reste pas moins que celui qui jette ou abandonne ses déchets sur la voie publique risque d’être amendé sur la base de règlements généraux de police édictés par les communes.

Trois conseils pratiques

  1. Adoptez de petits gestes pour améliorer votre quotidien et votre environnement. Ainsi, ne jetez pas vos déchets n’importe où. Si vous voyez un déchet dans la rue, ramassez-le.
  2. Investissez vos lieux de vie. Que ce soit votre espace de travail ou votre quartier d’habitation, ils participent à votre quotidien et à votre bien-être, d’où l’importance de s’y sentir bien. Échangez avec vos voisins, participez à la vie du quartier et rendez vos rues plus accueillantes.
  3. N’intervenez jamais personnellement si vous êtes témoin mais communiquez vos observations à la police. Plusieurs études s’accordent sur l’effet dissuasif des normes sociales et du regard d’autrui, alors ne détournez pas les yeux.

Pour en savoir plus

Coopérative romande de sensibilisation à la gestion des déchets

Nuisances sonores

Nuisances sonores

Avec l’arrivée des beaux jours, les activités extérieures se multiplieront. Certaines vont se prolonger tard et créer une recrudescence de décibels.

S'inscrire à la newsletter

S'inscrire à la newsletter

Nuisances sonores Nuisances sonores Nuisances sonores et voisinage

Les nuisances dues au bruit créent une pollution sonore dont nous pouvons être victimes mais également auteurs, et cela souvent de manière involontaire. Lors de leurs interventions, les agents de police constatent bien souvent que les auteurs de nuisances sonores ne sont pas conscients des dérangements engendrés pour le voisinage. Pour rappel, chacun est tenu de prendre les précautions requises par les circonstances pour éviter de troubler le repos d’autrui.

Être sensible à la problématique des nuisances sonores, c’est faire preuve de respect pour le droit à la tranquillité de ses voisins. C’est parfois aussi le fait de faire preuve de tolérance face à des activités temporaires et particulières telles que des fêtes ou des manifestations sportives ou des lieux de rencontre en période estivale.

C’est ainsi que peut se développer un bon esprit de voisinage.

Huit propositions pour bien cohabiter

  • Diminuer le bruit dès 22h00
  • Aviser les voisins lors d’une fête privée
  • Éviter les jeux bruyants en soirée
  • Moins de basses et de volume sur la chaîne stéréo
  • Le soir, parler à voix basse dans et à proximité d’habitations
  • Éviter de claquer les portières de voiture
  • Ne pas laisser tourner le moteur inutilement à l’arrêt
  • Ne pas déplacer des meubles en les poussant

Le respect des uns + La tolérance des autres = L’esprit de bon voisinage

Bruit et trafic routier

Le trafic routier se trouve également à l’origine de certaines nuisances sonores. En effet, des études ont mis en évidence les atteintes à la santé pouvant être engendrées par le bruit des véhicules. C’est d’ailleurs ce qui pousse certaines villes à s’équiper de radar antibruit afin de monitorer ces situations. C’est surtout la nuit que les problèmes se posent puisque l’on constate des effets préjudiciables sur la qualité du sommeil des riverains.

La plupart de ces nuisances sont engendrées par le comportement de certains conducteurs et peuvent donc être évitées. En effet, une grande partie de ces nuisances est provoquée par :

  • Les modifications techniques non conformes sur les véhicules
  • Les accélérations délibérées et excessives
  • Le bruit du moteur qui tourne d’un véhicule à l’arrêt ou celui d’un véhicule circulant à haut régime
  • Les allers-retours inutiles dans les localités
  • Le volume sonore provenant de l’intérieur du véhicule

En évitant ces comportements, la pollution sonore serait ainsi considérablement diminuée. Rappelons également que ces derniers peuvent être punissables en regard de la Loi sur la circulation routière (LCR) ou de l’Ordonnance sur les règles de circulation routière (OCR).

 

Pour aller plus loin

Affiche de la campagne de prévention “Nuisances sonores” des Polices vaudoises

Le guide du bon voisinage

Prévention du bruit - Ville de Lausanne

Expérience pilote: le radar anti-bruit efficace pour traquer les excès sonores du trafic (Genève)

Bruit et voisinage - ch.ch

Violence verbale

Violence verbale

La violence verbale peut faire autant de mal que la violence physique et peut également être punissable dans certains cas.

Demander une conférence thématique sur mesure

Demander une conférence thématique sur mesure

Violence verbale Violence verbale Une violence qui peut faire mal

De nos jours, la violence verbale est relativement fréquente et parfois banalisée. Cela s’explique certainement par le fait qu’elle peut paraître moins grave dans la mesure où elle ne laisse pas de traces physiques. Toutefois, la souffrance qu’elle engendre ne doit pas être sous-estimée. C’est pour cette raison qu’il est important de rappeler que ce genre de comportement peut être pénalement répréhensible. En effet, on trouve dans le Code pénal différents articles réprimant par exemple la diffamation, la calomnie mais également les injures et les menaces.

Comportements réprimés par la loi

Menaces (art. 180 CP)

L’art. 180 du Code pénal punit « celui qui, par une menace grave, aura alarmé ou effrayé une personne ». La menace doit donc avoir limité la liberté d’action de la personne visée. C’est pour cette raison d’ailleurs que cet article est classé dans le titre relatif aux crimes ou délits contre la liberté du Code pénal. Il ressort de cet article que seules les menaces graves sont punissables. Par menace grave, il est entendu que la victime doit avoir été menacée d’un préjudice grave et qu’à cause de cette menace, elle ait été alarmée ou effrayée. En revanche, le caractère sérieux ou non de la menace n’a aucune influence sur la punissabilité de la menace.

Dans la plupart des cas, cette infraction est poursuivie sur plainte. Il faut donc que la victime dépose plainte pour que les autorités pénales puissent intervenir. Dans certains cas et plus particulièrement lorsque les menaces sont proférées dans le cadre de violences domestiques, la poursuite de cette infraction a lieu d’office.

Injure (art. 177 CP)

Le Code pénal définit l’injure comme le fait d’attaquer quelqu’un dans son honneur via la parole, l’écriture, l’image, le geste ou des voies de fait. Cette infraction est uniquement poursuivie sur plainte.

Calomnie (art. 174 CP)

La calomnie vise à punir toute personne qui accuse une autre ou jette sur elle le soupçon de tenir une conduite contraire à l’honneur ou de tout autre fait propre à porter atteinte à sa considération. Cet article rend également punissable toute personne qui propage une telle accusation ou un tel soupçon. Dans le cadre de la calomnie, il faut que l’auteur ait conscience de la fausseté de ces allégations. C’est notamment le cas lorsqu’un individu cherche à ruiner la réputation d’une autre personne en avançant des propos dont il connait le caractère mensonger. La calomnie est une infraction poursuivie sur plainte.

Diffamation (art. 173 CP)

La diffamation désigne le fait de tenir des propos portant atteinte à l’honneur d’une personne. Les comportements répréhensibles sont les mêmes que ceux dans le cas de la calomnie mais avec pour seule différence le fait que l’auteur ne doit pas être conscient du caractère mensonger de sa déclaration. Cette infraction est également poursuivie uniquement sur plainte.

Des comportements aussi punissables en ligne

Tous ces comportements sont punissables aussi bien dans le monde physique que dans le monde en ligne. Cela vaut la peine d’être rappelé au vu de la quantité de commentaires potentiellement répréhensibles que l’on trouve sur les réseaux sociaux. Ce phénomène s’explique par le fait qu’une personne seule devant son écran se sent plus libre d’écrire ce qu’elle pense puisqu’elle n’est pas directement confrontée au contrôle social qui serait, en revanche, présent si cela arrivait en pleine rue. Toutefois, les commentaires, même s’ils sont en ligne, peuvent infliger une certaine souffrance. De plus, le fait de « liker » ou partager des propos répréhensibles du point de vue légal peut amener devant la justice. En effet, en adoptant un tel comportement, la personne en question va permettre d’améliorer la visibilité et la diffusion du message répréhensible.

 

Pour aller plus loin

Menaces - Prévention Suisse de la Criminalité (PSC)

Commerce en ligne et usurpation d’identité

Commerce en ligne et usurpation d’identité

Le commerce en ligne se développe à grande vitesse et certains en profitent pour passer commande sans pour autant payer la facture.

S'inscrire à la newsletter

S'inscrire à la newsletter

Usurpation d'identité Usurpation d'identité Développement du commerce en ligne

La pandémie de Covid-19 a beaucoup profité au commerce en ligne. En effet, de par les restrictions imposées, l’e-commerce a connu une évolution importante depuis 2020. De plus, la grande capacité d’adaptation requise pour affronter cette situation a poussé de nombreux commerçants mais aussi certaines entreprises à développer la vente en ligne.

Au-delà de la situation actuelle favorable à cette pratique, le commerce en ligne présente de nombreux avantages qui expliquent son succès. En effet, en quelques clics seulement, il est possible pour quelqu’un, peu importe où il se trouve (pour autant qu’il ait une connexion internet), de commander presque tout ce dont il pourrait avoir besoin. La livraison se fait parfois déjà le lendemain, ce qui renforce l’attractivité de cette nouvelle forme de commerce.

Des escrocs qui profitent des brèches

Il arrive souvent que l’évolution technologique s’accompagne de certaines défaillances que l’on pourrait comparer à des brèches dans lesquelles les criminels s’engouffrent. C’est typiquement le cas en matière de commerce en ligne. Ainsi, s’il est vrai que cette nouvelle forme de commerce est très pratique et appréciée, elle a également offert l’opportunité à certaines personnes mal intentionnées d’abuser du système.

Mode opératoire

Concrètement, les escrocs passent des commandes en ligne en utilisant de fausses adresses e-mail, de facturation et de livraison. Il se peut donc que le malfrat utilise vos coordonnées comme adresse de facturation et de livraison tout en sélectionnant le mode de paiement sur facture. Une fois que le colis est livré, l’auteur vient récupérer la marchandise bien évidemment sans s’acquitter de la facture. Cette étape est d’autant plus facilitée par les services en ligne permettant le suivi de la livraison. De ce fait, l’auteur est donc au courant du moment où le colis sera distribué. De votre côté, vous recevrez quelques jours plus tard des rappels de paiement pour une commande que vous n’avez jamais effectuée et dont vous n’avez même jamais vu la marchandise. Ce mode opératoire est souvent effectué à de multiples reprises pour atteindre parfois des montants relativement importants. Les marchandises commandées constituent notamment des appareils électroniques, des habits, des chaussures ou encore des parfums.

Bien que vous puissiez être victime d’usurpation d’identité comme ce mode opératoire le démontre, il y a d’autres victimes dans ce genre de cas. Ce sont bien évidemment les enseignes de commerce en ligne puisqu’elles livrent les marchandises mais sans que la facture ne soit payée par la suite. Les grands groupes essaient de lutter contre ces escroqueries en utilisant des systèmes de détection de fraudes. Cependant, si ces grandes entreprises ont les moyens d’agir, ce n’est de loin pas le cas pour l’ensemble des acteurs du commerce en ligne.

Finalement, il faut savoir qu’en droit suisse, l’usurpation d’identité n’est pas réprimée en tant que telle dans le Code pénal. C’est par l’intermédiaire d’autres dispositions et notamment celle concernant les escroqueries que l’on vise à punir ces comportements. Toutefois, il arrive que l’application de ces dispositions légales soit limitée et que le consommateur se trouve ainsi démuni.

Conseils en cas d’usurpation d’identité

  • Pour éviter que les escrocs ne trouvent vos coordonnées trop facilement, ne transmettez pas d’informations privées sur les réseaux sociaux.
  • Si vous recevez des rappels de paiement pour des commandes que vous n’avez jamais effectuées, avertissez directement l’enseigne en question et déposez une plainte pénale.

 Liens utiles

Fédération Romande des Consommateurs

Délinquance sexuelle sur enfants

Délinquance sexuelle sur enfants

La violence sexuelle sur enfants peut prendre différentes formes et a des conséquences graves qui persistent tout au long de la vie.

Demander une conférence thématique sur mesure

Demander une conférence thématique sur mesure

Délinquance sexuelle sur enfant

Délinquance sexuelle sur enfant Définition

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), « on entend par violence sexuelle la participation d’un enfant à une activité sexuelle qu’il n’est pas pleinement en mesure de comprendre, à laquelle il ne peut consentir en connaissance de cause ou pour laquelle il n’est pas préparé du point de vue de son développement, ou encore qui viole les lois ou les tabous sociaux de la société. » Ainsi, il faut retenir que la violence sexuelle sur des enfants peut prendre différentes formes et qu’elle n’implique pas nécessairement un contact direct entre l’auteur et sa victime.

Qui sont les abuseurs ?

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les cas d’abus sexuels sur des enfants par des inconnus sont relativement rares. En effet, dans la plupart des cas, l’auteur est un proche de la victime en qui elle a confiance. Il peut s’agir d’un membre de la famille au sens large, un ami de cette dernière, un entraîneur sportif, une personne encadrant les loisirs des enfants ou encore un enseignant.

Une autre fausse croyance qui est répandue consiste à penser que toute personne qui abuse sexuellement d’un enfant est un pédophile. Or, ce n’est pas le cas et c’est pour cette raison que l’on parle de pédocriminels pour désigner plus globalement les auteurs d’abus sexuels sur des enfants. De plus, toutes les personnes ayant des tendances pédophiles ne passent pas forcément à l’acte. En effet, la plupart parviennent à maintenir toute leur vie leurs désirs sexuels dans le domaine du fantasme.

Il faut encore savoir que si beaucoup d’abuseurs ont eux-mêmes été victimes dans le passé, il est faux de dire que toutes les victimes deviendront des pédocriminels à leur tour.

Pédophilie

La pédophilie se définit comme attirance sexuelle d’un adulte ou d’un adolescent envers les enfants (généralement prépubères ou au début de leur puberté). La pédophilie est aussi un diagnostic psychiatrique impliquant donc que ces personnes peuvent être aidées, à défaut d’être guéries. Il faut savoir que l’attirance sexuelle pour un enfant peut être source d’une grande souffrance mais, en suivant une thérapie, en ayant un accompagnement avec un spécialiste, il est possible de leur apprendre à vivre avec leurs fantasmes afin que ces derniers n’envahissent pas leur quotidien.

Conséquences pour les victimes et prévention

Pour les enfants victimes d’abus sexuel, les conséquences sont graves et persistent tout au long de la vie. De plus, ils ont souvent de la peine à en parler et se sentent responsables de ce qui leur arrive. Il est donc fondamental d’agir dans ce domaine et cela passe par une prévention à différents niveaux. En matière de prévention, on essaie d’empêcher la survenance d’actes d’ordre sexuel sur des enfants en sensibilisant les enfants eux-mêmes, les jeunes, les parents ainsi que les divers professionnels concernés. On va par exemple apprendre aux enfants qu’ils peuvent dire non à certaines choses mais aussi apprendre aux adultes à reconnaitre la violence sexuelle sur les enfants et leur fournir des conseils pour y faire face de manière appropriée.

Pour protéger les enfants, il faut leur expliquer le plus tôt possible et de manière adéquate en fonction de leur âge :

  • qu’il y a des gens qui peuvent être à la fois «gentils et méchants»
  • qu’il y a des gens qui, pendant un jeu, passent sans transition à l’abus
  • qu’il a le droit de dire «non»
  • qu’il n’est jamais responsable d’une agression sexuelle car c’est toujours l’adulte qui est responsable

Pour les jeunes enfants, la règle « on ne touche pas ici » va vous aider à expliquer aux enfants les endroits de leurs corps où on ne doit pas essayer de les toucher. Ce guide permet également d’expliquer la façon de réagir en cas d’abus et vers qui aller chercher de l’aide en cas de besoin.

Prévenir pour protéger

Un autre type de prévention s’adresse plus spécifiquement aux personnes qui ressentent une attirance sexuelle envers les enfants mais qui ne sont jamais passées à l’acte. C’est dans ce sens que l’association « DIS NO », présente en suisse romande, a pour but de prévenir la maltraitance et les abus envers les enfants. Cette association offre donc de l’aide aux adultes ou adolescents qui ressentent une attirance ou des fantasmes sexuels envers des enfants mais qui n’ont jamais commis d’actes d’ordre sexuel sur un enfant au sens de l’art. 187 du Code pénal. Le but étant d’éviter des premiers passages à l’acte d’abus sexuel envers des enfants. Malheureusement, les potentiels auteurs qui vont consulter d’eux-mêmes sont assez rares. Cela s’explique en partie par la forte stigmatisation dont sont victimes les personnes ayant une attirance envers les enfants de la part de la population. Ces personnes auront donc tendance à s’isoler au lieu d’aller chercher de l’aide, ce qui empêche leur détection tout en favorisant le passage à l’acte.  Cette situation est donc dommageable pour l’ensemble de la société.

 

Sources

  • Prévention Suisse de la Criminalité (PSC)
  • Disno.ch
  • Protection de l’enfance suisse

Pour aller plus loin

Protection de l’enfance suisse - violence sexuelle

Protéger vos enfants des abus sexuels grâce à la règle d’or : « on ne touche pas ici » – Conseil de l’Europe

Abus sexuels des enfants : comment repérer ? – PedoHelp

Services à domicile : arnaques

Services à domicile : arnaques

Chaque année, la police déplore de nombreuses plaintes pour des escroqueries perpétrées à domicile et dont les aînés sont la cible privilégiée.

S'inscrire à une conférence aux aînés

S'inscrire à une conférence aux aînés

Service à domicile arnaques Service à domicile arnaques Arnaques à domicile

Le retour des beaux jours s’accompagne souvent de celui des services à domicile, notamment des nettoyages de façades, toits et volets de maisons individuelles, proposés par des personnes itinérantes. Les aînés sont la principale cible de personnes malintentionnées, qui proposent des tapis ou des travaux d’entretien à des prix surfaits. Or, le travail n’est généralement pas conforme à la prestation convenue, et peut même provoquer des dégâts importants sur la faune et la flore (pollution à l’eau de Javel notamment). En outre, il arrive que les protagonistes en profitent pour dérober de l’argent et des objets de valeur ou qu’ils s’éclipsent avant d’avoir commencé le travail, lorsqu’ils ont obtenu une avance pécuniaire.

Nos conseils

  • Ne laissez pas entrer des inconnus dans votre logement ! Un ouvrier doit avoir pris rendez-vous avant de venir chez vous.
  • Sauf avis préalable en bonne et due forme ou confirmation d’une entreprise reconnue, refusez toute proposition, aussi avantageuse soit-elle en apparence.
  • En cas de doute, exigez les coordonnées de l’entreprise et renseignez-vous immédiatement auprès de la société indiquée.
  • N’entrez pas en matière avec ces personnes même pour discuter ; le dialogue sert à vous distraire !
  • Fermez systématiquement votre porte à clef, que vous soyez chez vous ou non.
  • Ne conservez à votre domicile qu’un minimum d’argent et d’objets de valeur.
  • Si vous faites l’objet d’une sollicitation douteuse, relevez le maximum de détails et signalez rapidement le cas à la police via le 117.
  • Parlez-en autour de vous, en particulier aux aînés de votre entourage.