Violences et discriminations à l’égard des personnes LGBTIQ

Accueil - Criminalité - Violences et discriminations à l’égard des personnes LGBTIQ

Les personnes LGBTIQ font encore face à des discriminations d’ordre divers. Cela autant dans le contexte privé que personnel.

S’inscrire à la newsletter

Personnes LGBTIQ

LGBT

Les personnes LGBTIQ (lesbienne, gay, bisexuelle, trans*, intersexe, queer ou en questionnement) font encore face à de l’homophobie, de la lesbophobie, de la biphobie ou à de la transphobie que ce soit en milieu scolaire, social, professionnel, familial ou dans l’espace public. Ces termes renvoient à un rejet, une hostilité ou une discrimination à l’égard de ces personnes. Concrètement, cela se traduit par de la violence verbale, psychologique, voire physique, mais aussi par de la discrimination. Il n’est pas rare que cela prenne également la forme de harcèlement ou cyberharcèlement.

Crimes de haine

Les crimes de haine font référence aux violences et agressions où la victime est ciblée en raison de son appartenance, réelle ou supposée, à un groupe social tel que l’ethnie, la religion, mais aussi de son orientation affective et sexuelle ainsi que de son identité de genre.

Il est difficile de donner des chiffres relatifs au nombre de personnes victimes de ce type de violence ou discrimination. D’une part, car certains actes commis et qui sont pénalement répréhensibles ne sont tout simplement pas signalés. D’autre part, parce qu’il n’existe guère de statistique policière recensant les infractions subies par ces personnes en particulier. Par contre, différentes études vaudoises en contexte scolaire ont été menées à ce sujet. Elles montrent que ces personnes sont davantage la cible de violences et de discriminations. Leur taux de suicide est également plus élevé, notamment en raison de la stigmatisation et de l’invisibilisation.

Pour les victimes, il ne faut pas hésiter à déposer une plainte pénale dans les situations qui l’exigent ou à demander de l’aide lorsque vous en ressentez le besoin. À ce sujet, sachez qu’il existe plusieurs associations qui offrent un accueil et une écoute attentive.

Discriminations envers les personnes LGBTIQ

Outre les violences subies par ces personnes, elles doivent également faire face aux discriminations qui les touchent. Les discriminations et incitations à la haine envers une personne ou un groupe de personnes en raison de leur orientation affective et sexuelle sont punissables au sens de l’art. 261bis du Code pénal suisse. Il faut signaler que cet article ne réprime pas les comportements discriminants ou haineux en raison de l’identité de genre de la victime. Dans ce cas, de tels agissements restent bien entendu punissables au sens d’autres dispositions du Code pénal ; notamment en vertu des articles sur les infractions contre l’honneur (art. 173 à 178 CP) et sur les lésions corporelles (art. 122 à 126 CP).

Dans le monde professionnel, on constate encore trop souvent que les employé·e·s LGBTIQ sont victimes de discriminations sur leur place de travail. Ces dernières peuvent avoir lieu de différentes manières comme par exemple à travers le mobbing, les discriminations à l’embauche, des salaires inégalitaires et même des licenciements abusifs. Souvent, certaines personnes LGBTIQ n’osent pas être elles-mêmes au travail car elles craignent des mises à l’écart, des désagréments et des discriminations. Or, la mise en place d’une politique de diversité au travail permet un enrichissement mutuel. Du côté des employé·e·s LGBTIQ, cela permet d’évoluer plus sereinement au travail et d’être soi-même tout simplement. Pour l’employeuse ou l’employeur, l’avantage est un climat de travail serein mais aussi l’amélioration du bien-être de l’ensemble des employé·e·s. Cela favorise ainsi la qualité du travail.

Prévention et traitement de l’homophobie et de la transphobie dans les lieux de formation

La société se doit de lutter contre toute forme de discrimination. La formation et les structures doivent faire en sorte que chaque élève puisse se sentir en sécurité, s’instruire et évoluer dans un environnement serein. Il s’agit d’intervenir face aux violences homophobes et transphobes ainsi que de promouvoir le respect envers les personnes LGBTIQ et les familles arc-en-ciel. C’est dans ce sens que le Département de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC) du canton de Vaud a présenté – lors d’une conférence de presse le 17 mai 2021 – un plan d’action de prévention et de traitement de l’homophobie et de la transphobie en contexte scolaire et, plus largement, dans les lieux de formation.

Invitation à une culture inclusive

Dans la même perspective, il s’agit d’une volonté globale de promouvoir une culture inclusive au sein de l’administration vaudoise et, si possible, auprès de chaque citoyenne et citoyen. Le but étant de permettre concrètement le bien vivre ensemble en favorisant une culture qui respecte et qui protège.

Brochure des polices vaudoises

Les polices vaudoises mettent à disposition du public une brochure. Celle-ci vise à inciter les victimes de violences et de discriminations au motif de leur orientation affective et sexuelle et/ou de leur identité de genre à demander de l’aide. Dans ce document, se trouvent notamment les coordonnées des institutions qui peuvent être contactées et les informations nécessaires en cas de difficultés rencontrées par les victimes.

Depuis le 01.07.2020, l’article 261bis du Code pénal suisse réprime spécifiquement les personnes qui commettent des violences et discriminations en raison de l’orientation sexuelle et affective de la victime. À nouveau, d’autres dispositions pénales protègent aussi les personnes victimes de tels comportements commis au motif de leurs identités de genre.

Brochure – Violences et discriminations à l’égard des personnes LGBTIQ

Ressources pour les victimes

Association Vogay

Association Lilith

Fondation Agnodice

Association Pôle agression et violence (PAV)

LGBT+ Helpline

Sujets connexes