Tout comprendre (ou presque) sur les cryptomonnaies

Accueil - Cybercriminalité - Tout comprendre (ou presque) sur les cryptomonnaies

Pas un jour ne se passe sans que l’on entende parler de cryptomonnaies. Mais en quoi consistent réellement ces devises virtuelles ?

S’inscrire à la newsletter

Les cryptomonnaies, c’est quoi ? Définition…

Une monnaie « traditionnelle » repose sur un organe de régulation comme une banque centrale. Ces institutions ont pour tâche principale d’assurer la stabilité des prix et par-là d’éviter que la devise ne perde ou ne prenne trop de valeur. Les cryptomonnaies sont, pour leur part, entièrement virtuelles et ne sont régulées par aucune banque centrale.

L’entier des transactions en cryptomonnaies repose sur des processus informatiques automatisés sur lesquels personne n’a de contrôle, on appelle ce système la blockchain, nous y reviendrons. La valeur monétaire de ce type de devise dépend donc exclusivement de l’offre et de la demande. À savoir que plus une cryptomonnaie aura du succès, plus elle prendra de la valeur, et inversement.

Contrairement à une monnaie traditionnelle, les transactions ne transitent pas par un tiers de confiance comme une banque. L’argent circule directement d’un utilisateur à l’autre, sans intermédiaire. Cela rend donc toute intervention impossible en cas d’erreur ou de malversation de la part de l’émetteur ou du destinataire du versement.

Blockchain my heart

Avec les cryptomonnaies, les données des détenteurs et de leurs transactions sont systématiquement enregistrées sous forme cryptée. Ce que l’on appelle la blockchain consiste en fait en une sorte de grand « livre des comptes » qui consigne l’entier des flux monétaires. Son nom vient d’ailleurs de là : chaque transaction constitue un « bloc » de données qui vient s’ajouter aux autres, formant ainsi une « chaîne ».

De la sorte, l’historique de l’ensemble des transactions effectuées sur les diverses cryptomonnaies au niveau mondial est accessible à tout un chacun via la blockchain. Il est cependant très difficile d’identifier les utilisateurs, car seuls les identifiants anonymes de leurs portefeuilles figurent dans la chaîne.

Afin d’assurer la pérennité de ces transactions, leur gestion n’est pas centralisée sur un seul ordinateur, mais sur un réseau composé de plusieurs milliers de machines disposant toutes d’une copie de la blockchain. Ainsi, lorsqu’une transaction est conclue, celle-ci est enregistrée sur une constellation de serveurs. Cela rend toute falsification en principe impossible, car cela impliquerait d’altérer les données sur l’ensemble des nombreuses machines du réseau.

Mineurs… de fonds

Nous l’avons vu, une cryptomonnaie repose sur un nombre considérable d’opérations informatiques réalisées entre plusieurs ordinateurs. D’une certaine manière, ceux que l’on appelle des mineurs de cryptomonnaies participent à la bonne marche de cette infrastructure. Leur rôle consiste à mettre à disposition la puissance de calcul de leurs machines pour que le gigantesque livre de compte qu’est la blockchain puisse fonctionner et être tenu à jour.

Bien entendu, les mineurs n’effectuent pas cette tâche par sens du service public, ils reçoivent une rémunération en cryptomonnaie. Celle-ci découle directement de la masse de « travail » accomplie par les machines du mineur. À ce titre, il n’est pas rare de voir de gigantesques « fermes » d’ordinateurs uniquement dédiées au minage de cryptomonnaies.

Les risques des cryptomonnaies

Encore beaucoup d’inconnues

Ces dernières années, l’offre en cryptomonnaies a explosé au point que l’on compte aujourd’hui près de 11’000 devises virtuelles différentes. Les plus célèbres sont actuellement des devises comme Bitcoin, Ethereum ou Tether, mais de nouveaux acteurs arrivent en permanence. Il est donc capital de bien se renseigner, notamment auprès de sa banque, avant d’investir.

Le risque de faire un mauvais investissement est d’autant plus présent que le marché des cryptomonnaies est par essence sujet à d’importantes fluctuations. En effet, comme nous l’avons vu, aucun organe ne régule les cryptomonnaies. Par ailleurs, il faut avoir à l’esprit que ce modèle monétaire n’en est encore qu’à ses balbutiements et qu’il doit encore être éprouvé.

  • Avant d’investir dans une cryptomonnaie, renseignez-vous systématiquement à son sujet et croisez un maximum de sources. N’hésitez pas à contacter votre banquier pour lui demander conseil.
  • Méfiez-vous des offres ou des promesses trop alléchantes. Beaucoup de fraudes à l’investissement utilisent désormais les cryptomonnaies pour appâter d’éventuelles victimes.
  • Rappelez-vous que les réseaux sociaux ne sont pas une source fiable en matière d’investissement financier (et même dans la vie en général…).

Une clé USB comme portefeuille ?

SI vous décidez d’acheter des cryptomonnaies, vous devrez stocker celles-ci sur un portefeuille (ou wallet). Il s’agit d’un moyen de conserver vos actifs en les sécurisant par un code.

Un wallet peut prendre plusieurs formes :

  • Un logiciel installé sur votre ordinateur et stockant ses données sur ce dernier (desktop wallet)
  • Un support physique (clé USB, disque dur externe, etc.) spécialement conçu à cette fin (hardware wallet)
  • Une solution en ligne (web wallet)

La solution la plus sûre est sans conteste celle du portefeuille physique qui présente l’avantage d’être complètement hors ligne et par là moins à risque d’être piraté ou altéré. Le support reste cependant vulnérable aux cambriolages et aux déprédations. À contrario, l’option la plus risquée pour stocker vos actifs est l’option dématérialisée dans la mesure où vous déléguez le stockage de vos actifs à un tiers.

  • Préférez un wallet physique que vous conserverez en lieu sûr et surtout loin de ses codes d’accès.
  • Conservez vos codes d’accès et identifiants de manière sécurisée.
  • Si vous utilisez un wallet en ligne, soyez attentif·ve aux risques de phishing ou d’hacking de votre compte.

Voir aussi…

Télécharger le flyer sur les cryptomonnaies de Prévention suisse de la criminalité

Sujets en lien