Radicalisation et extrémisme violent

En cas d’inquiétudes, doutes ou questions sur la radicalisation et l’extrémisme violent, il est possible de contacter un dispositif vaudois spécialisé.

Demander une conférence thématique sur mesure

Demander une conférence thématique sur mesure

radicalisationradicalisationQue signifient radicalisation et extrémisme violent ?

La radicalisation est un processus par lequel une personne adopte des positions toujours plus extrêmes sur les plans politiques, sociaux ou religieux pouvant aller jusqu’au recours à la violence extrême pour atteindre ses buts.

Le processus de radicalisation n’est pas linéaire et prédéterminé, mais constitue un cheminement dont certains facteurs individuels, collectifs, sociaux ou psychologiques, peuvent favoriser son déclenchement. Un seul évènement n’est pas suffisant pour expliquer ce processus. Il est plutôt le résultat d’une convergence entre un parcours individuel et un système de croyances justifiant le recours à la violence, lequel peut être exacerbé par la perception d’une menace identitaire et morale, et attisé par les réseaux sociaux (physiques ou virtuels). Il est souvent difficile de dire avec certitude pourquoi une personne commence à s’intéresser à des mouvements radicaux puisqu’il n’existe en réalité pas de profil type de candidats à la radicalisation.

Des activités extrémistes violentes sont des actions menées par des organisations qui rejettent les fondements de la démocratie et de l’État de droit et qui commettent, encouragent ou approuvent des actes de violence pour atteindre leurs buts.

Dispositif vaudois de prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violent

La permanence téléphonique gratuite, au 0800 88 44 00, est à disposition de l’ensemble de la population vaudoise. Son but est de permettre aux personnes qui seraient confrontées à des inquiétudes, doutes ou questions de signaler des situations qu’elles estiment problématiques et d’obtenir des réponses à leurs interrogations. Cette permanence téléphonique est assurée par des collaborateurs de la Centrale d’engagement et de transmission (CET) de la Police cantonale vaudoise formés à cet effet.

Un formulaire de contact est également disponible sur le site internet de l’Etat de Vaud. La stricte confidentialité des demandes et coordonnées des personnes qui procèdent à un signalement, par téléphone ou internet, est garantie.

Par ailleurs, des dépliants informatifs et des affiches ont été distribués au sein de l’Etat de Vaud, dans les communes ainsi que dans les diverses institutions impliquées dans le projet, ceci pour sensibiliser les collaborateurs et la population à l’existence des outils mis à disposition.

Le groupe pluridisciplinaire assure la prise en charge de cas individuels, ainsi que leur suivi. Présidé par le Préfet du district de Lausanne, ce groupe opérationnel peut, au besoin, recourir à des partenaires externes en vue de proposer les mesures nécessaires à désengager et à réintégrer les personnes impliquées dans des processus de radicalisation et d’extrémisme violent.

Ce dispositif s’intègre dans la mise en place d’une politique publique coordonnée en matière de prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violent. Son objectif est de prévenir la rupture familiale, scolaire ou professionnelle, et de maintenir le lien avec les personnes qui pourraient se tourner vers des idéologies ou des mouvements politiques, sociaux ou religieux extrémistes et violents. Il s’inscrit également dans le cadre des mesures recommandées par le Plan d’action national de lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent.

Site utile

Pôle de compétences sur les questions religieuses et idéologiques Rhizome : https://pole-rhizome.ch/

Sources : Confédération suisse et Etat de Vaud