Périls de l’inattention au volant

Accueil - Prévention routière - Périls de l’inattention au volant

Selon l’Office fédéral des routes (OFROU), chaque année, 13’000 accidents sont dus à l’inattention ou la distraction au volant. Il est alors très important de lutter contre ce fléau et de diminuer le nombre de personnes qui en sont victimes sur nos routes !

S’inscrire à la newsletter

Un véritable fléau

Inattention au volant

L’arrivée de nouveaux appareils, tels que les smartphones, les écrans tactiles, les assistants de navigation ou tout autre système embarqué, augmente de beaucoup ce phénomène. L’Ordonnance sur les Règles de la Circulation routière (OCR) stipule que le·a conducteur·rice doit vouer toute son attention à la route et à la circulation et qu’iel doit éviter toute activité qui rend plus difficile la conduite de son véhicule.

Ainsi, le fait de manger, de boire, de fumer, de téléphoner et de manipuler un appareil sont des occupations dites accessoires au volant. Elle peut avoir des conséquences tragiques pour le·a conducteur·rice et tout aussi graves pour les autres usager·e·s de la route. Pour conduire un véhicule de manière adéquate et sécuritaire, nous utilisons donc tous nos sens. Même s’ils sont sollicités à des échelles différentes. La vue reste le sens principal (90%) suivi de l’ouïe (6%). Ainsi, un smartphone, par exemple, est une distraction d’ordre visuel car il détourne nos yeux de la route et de la circulation. Tout comme écouter de la musique trop fort ou lâcher le volant (ou le guidon) sont des distractions.

Ne faites qu’une chose à la fois

Les conducteur·rice·s continuent à croire qu’iels sont en mesure d’avoir d’autres activités, sans que celles-ci ne limitent leur capacité à la conduite. Toutefois, des études démontrent le contraire. Elles prouvent que la conduite automobile est l’un des exercices les plus exigeants pour l’attention. En effectuant d’autres tâches, notre cerveau traite un grand nombre d’informations. Et cela se fait aux dépens de celles qui sont importantes pour la conduite. Ces distractions peuvent causer des erreurs de conduite, de même que des accidents qui entraînent des blessures voire des décès.

Lorsqu’un·e conducteur·rice ne voue pas une attention suffisante à la route et à la circulation, son temps de réaction augmente, tout comme son chemin de freinage… Les risques d’accident sont alors plus grands.

Sanctions possibles

Même sans qu’un accident ne se produise, l’inattention est sanctionnée. Téléphoner pendant la conduite sans “kit mains libres” est passible d’une amende de CHF 100.- (chiffre 311 OAO). Toute autre activité, telle que manger, boire, fumer, rédiger et lire un SMS, manipuler des appareils ou même discuter avec le·a passager·e, est dénoncée si elle est constatée. En fonction des circonstances, le·a conducteur·rice se voit retirer son permis pour une durée d’au moins un mois.

Pour en savoir plus

Site internet consacré à la campagne « Garde les yeux sur la route » du Touring Club Suisse (TCS)

Communiqué de presse sur l’inattention au volant du Bureau de Prévention des accidents (BPA)

Sujets en lien