Tuning

Le phénomène du "tuning" n’a cessé de se développer au fil du temps. Toutefois, ces modifications ne sont pas forcément autorisées, exposant ainsi le détenteur à différentes sanctions, notamment l’immobilisation de son véhicule.

S'inscrire à la newsletter

S'inscrire à la newsletter

TuningTuningDéfinition

L’objectif initial du "tuning" est sans conteste une personnalisation visuelle d’une voiture ou d’un deux-roues, mais également une amélioration de ses performances. L’aspect visible se caractérise généralement par l’installation d’accessoires extérieurs, tels que pièces de carrosserie, suspensions, ailerons, nouvelles jantes ou encore des vitres teintées. A l’intérieur de l’habitacle, des changements sont également opérés, comme par exemple le remplacement du volant et des sièges, ou encore la pose d’un arceau de sécurité. Quant à l’augmentation des performances, elle se traduit par le remplacement de pièces mécaniques, notamment l’échappement, l’admission du moteur ou la modification de l’électronique de la gestion du moteur (Chips Tuning).

Cependant, toutes ces modifications ne sont pas forcément admises et certaines d’entre-elles doivent faire l’objet d’un contrôle subséquent avant usage, en l’occurrence une visite auprès du Service des automobiles et de la navigation. En règles générales, les éléments de remplacement doivent être homologués et réceptionnés pour le véhicule. A ce titre, l’Association des services des automobiles (ASA) a émis deux documents, lesquels commentent précisément les transformations autorisées et les exigences requises, soit pour les voitures automobiles (2a) ou les motocycles (2b). Ils sont accessibles en cliquant sur le lien suivant :

 https://asa.ch/fr/bibliotheque-en-ligne/directives/

Pour les passionnés de belles mécaniques, le bruit de l’échappement resonne comme un morceau de musique et ils cherchent constatent à en amplifier le son. Cependant, cette augmentation de décibels créée incontestablement des nuisances sonores, lesquelles ne sont pas sans conséquence sur la santé des citoyens. Selon une estimation de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV), plus d’un million de suisses voient leur nuit de sommeil perturbée par le bruit routier.

Afin de pallier ces nuisances, la majeure partie des polices de notre pays luttent contre ce fléau et effectuent des contrôles ciblés à l’endroit de ces usagers. Lorsqu’une modification de l’échappement et constatée (échappement non homologué ou défaut de la chicane), les nouvelles directives permettent aux policiers d’immobiliser le véhicule et d’en saisir la ou les plaques d’immatriculation. Hormis une amende relativement salée (pouvant atteindre plusieurs milliers de francs selon les cantons), le détenteur devra rapatrier son véhicule à ses frais et le présenter au Service des automobiles, afin de récupérer sa ou ses plaques !     

Parfois corrélatif à la modification illicite du dispositif d’échappement, cet excès de décibels peut également être provoqué par le comportement inadéquat de certains conducteurs, notamment lors d’accélérations dites "sportives" ou simplement en donnant des coups de gaz intempestifs et inutiles. Selon les constatations des forces de l’ordre, le conducteur dénoncé pourrait, en sus de l’amende, se voir retirer son permis de conduire.