Périls de l’inattention au volant

Depuis plus de 6 ans, sur l’ensemble des accidents de la route recensés en Suisse, l’inattention, ou la distraction, représente la première cause. Selon l’Office fédéral des Routes (OFROU), l’inattention, ou la distraction, au volant provoque chaque année 13’000 accidents.

Un véritable fléau

L’apparition de nouveaux appareils, tels que smartphones, écrans tactiles, assistants de navigation ou tout autre système embarqué, amplifie incontestablement ce phénomène. L’Ordonnance sur les Règles de la Circulation routière (OCR) stipule que le conducteur vouera son attention à la route et à la circulation et qu’il évitera toute occupation qui rendrait plus difficile la conduite de son véhicule. Ainsi, le fait de manger, boire, fumer, téléphoner ou encore manipuler un appareil constitue une occupation accessoire au volant. Cette dernière peut potentiellement engendrer des conséquences tragiques pour le conducteur, mais également pour les autres usagers de la route.

Inattention au volant

Pour conduire un véhicule de manière adéquate et sécuritaire, nous mettons tous nos sens à contribution. Bien que sollicités à des échelles différentes, la vue reste le sens principal (90%) suivi de l’ouïe (6%). Ainsi, l’utilisation d’un smartphone, par exemple, constitue une distraction visuelle, détournant nos yeux de la route et de la circulation. A l’instar, écouter de la musique trop fort ou lâcher l’appareil de direction sont également considérés comme des distractions.

Les conducteurs s’obstinent à croire qu’ils sont en mesure d’effectuer d’autres occupations, sans que celles-ci n’affectent leur capacité à conduire. Toutefois, des études démontrent clairement le contraire. Elles prouvent que la conduite automobile est l’un des exercices les plus exigeants mentalement. En effectuant d’autres tâches, notre cerveau traite une multitude d’informations, au dépens de celles importantes pour la conduite. Ces distractions peuvent alors provoquer des erreurs de conduite voire même des accidents entrainant des blessures ou des décès.

Lorsqu’un conducteur ne voue pas une attention suffisante à la route et à la circulation, son temps de réaction augmentera et son chemin de freinage se rallongera. Les risques d’accident sont alors accrus.

Sanctions possibles

Même sans accident, l’inattention sera sanctionnée. Téléphoner en conduisant sans dispositif “mains libres” sera passible d’une amende de CHF 100.- (chiffre 311 OAO). Toute autre occupation, telle que manger, boire, fumer, rédiger/lire un SMS, manipuler des appareils ou même discuter avec le passager, sera condamnée par une dénonciation. En fonction des circonstances, le conducteur se verra retirer son permis de conduire pour un minimum d’un mois.

Pour en savoir plus

Site internet consacré à la campagne « Garde les yeux sur la route » du Touring Club Suisse (TCS)